Le blog de Jac Forton sur l'Amérique latine
PORTE-PAROLE de la Cour suprême, opposé à la justice militaire 
mercredi 30 mai 2012, 11:09 AM
Le nouveau porte-parole de la Cour suprême est opposé à la justice militaire

Le juge Hugo Dolmestch Urra , membre de la Chambre pénale de la Cour suprême, a déclaré qu’en temps de paix, la justice militaire ne devrait pas être appliquée au Chili. Il répondait à une requête du Congrès national.
Pour Dolmestch, « nous avons plusieurs fois affirmé que dans un Etat démocratique de droit, il n’est pas compatible qu’il y ait deux systèmes de justice alors qu’un d’entre eux pourrait parfaitement assumer la compétence des deux juridictions ».
Sa position est semblable à celle d’un ancien président de la Cour suprême, Milton Juica , ainsi que des juges Sergio Muñoz, Juan Araya, Carlos Künsemüller, Haroldo Brito y Guillermo Silva.
Voir le site du journal chilien La Nación (lanacion.cl) du 29 mai 2012

Ajouter un commentaire ( 3 lectures )   |  permalien   |   ( 3 / 320 )
TRES y CUATRO ALAMOS : Campagne pour recueillir des témoignages 
dimanche 20 mai 2012, 03:09 PM
TRES y CUATRO ALAMOS : Campagne pour recueillir des témoignages

« Nous cherchons à reconstruire la mémoire historique de ces deux camps de détention ouverts entre 1974 et 1976 en recueillant des témoignages de la part des personnes qui y ont été faites prisonnières, ou de leurs familles » annonce Lautaro Araneda, un des responsables de la Corporation.
En mars 2011, une partie des édifices situés Calle Cánada à hauteur du n° 3000 de l’avenue Vicuña Mackenna, commune de San Joaquin à Santiago, a été déclarée « Monument historique » par le Conseil national des monuments.

TRES ALAMOS
C’est le camp de prisonniers par lequel est passé le plus grand nombre de personnes dans le pays, une sorte de camp de transit. Le camp était administré par les Carabiniers (police en uniforme). Certains prisonniers, inscrits sur les listes officielles, étaient ensuite envoyés vers d’autres camps, d’autres étaient expulsés vers l’exil ou libérés, d’autres encore étaient transférés à Cuatro Alamos.

CUATRO ALAMOS
Ce camp, une annexe isolée dans Tres Alamos, était géré par la DINA, la police politique de Pinochet. Le camp comportait 12 petites cellules, une cellule plus grande et des bureaux. De ce camp, les détenu(e)s étaient transféré(e)s vers des centres de torture. Des dizaines de personnes qui sont passées par Cuatro Alamos sont aujourd’hui toujours disparues.

Pour apporter des témoignages,
- contacter info@3y4alamos.cl
- visiter www.3y4alamos.cl

Ajouter un commentaire ( 3 lectures )   |  permalien   |   ( 3 / 380 )
OUVERTURE DU TESTAMENT DE PINOCHET 
jeudi 10 mai 2012, 12:19 PM
OUVERTURE DU TESTAMENT DE PINOCHET

En l’an 2000, Pinochet fait son testament. A cette époque, à peine rentré de ses 503 jours de prison à domicile à Londres, il est mis en examen au Chili par le juge Juan Guzmán pour crimes contre l’humanité (le cas ‘Caravane de la mort’). Pinochet bénéficiera d’un non lieu grâce à une décision de la Cour suprême qui juge qu’il est en trop mauvaise santé pour subir un procès.
Mais on découvre vite que le dictateur a acquis une fortune considérable et qu’il a des comptes secrets sous plusieurs noms dans plusieurs banques au Chili, aux Etats-Unis et en Suisse. Il est mis à nouveau en examen pour malversation de fonds publics et fraude au fisc (ne pas payer ses impôts) entre autres accusations. Mais il meurt en décembre 2006 sans avoir pu être jugé...

Dans la loi chilienne, les dettes à l’Etat d’une personne décédée passent à ses héritiers. Le Conseil de Défense de l’Etat (CDE), cherchant à ce que la famille Pinochet rende à l’Etat les impôts dus pour sa fortune, demande à la justice de faire ouvrir son testament pour connaître quels exactement sont ses avoirs. On parle de 26 millions de dollars, de maisons, de propriétés, toutes sous contrôle judiciaire, ces avoirs étant gelés par le juge. On apprend alors que le général a enregistré un nouveau testament en 2005. La justice accepte de l’ouvrir.
Et c’est la grande surprise, et déception : le testament signale simplement que, suite à la démission de son homme de confiance Oscar Aitken comme exécuteur testamentaire, celui-ci est remplacé par Julia Hormazabal. Et point final de ce « testament ».
Le CDE reprend l’offensive et demande à ce que la justice fasse ouvrir le testament précédent, celui de l’an 2000, qui devrait révéler la vraie valeur des fortunes mal acquises de Pinochet. En effet, sur les 26 millions connus, à peine 2 millions ont été justifiés…
D’où vient le reste ? Le testament de l’an 2000 le dira peut-être…


Ajouter un commentaire ( 4 lectures )   |  permalien   |   ( 3 / 307 )
UN JUGE CHILIEN demande l'extradition d'un ex agent secret US 
samedi 21 avril 2012, 04:04 PM
Un juge chilien demande l'extradition d'un ex agent secret US


Le juge chilien Jorge Zepeda a, vendredi 20 avril 2012, demandé à la Cour suprême chilienne qu’elle fasse parvenir à son homologue des Etats-Unis une demande d’extradition du capitaine de vaisseau Roy A. Davis .
Davis était le chef de la mission militaire des Etats-Unis et responsable des « opérations clandestines » au Chili au moment du coup d’Etat contre le président Allende. En novembre 2011, le juge l’avait mis en examen pour la mort de deux journalistes étatsuniens, Charles Hoffman et Frank Teruggi , assassinés fin septembre 1973.
Les deux journalistes, sympathisants d’Allende, faisaient partie du groupe « Source de recherche nord-américaine », qui distribuait une information luttant contre la désinformation des journaux US sur le Chili.
A leur disparition, le père de Charles Horman et son épouse étaient venus au Chili pour les retrouver. Ils avaient visité plusieurs centres de détention dont le Stade National, sans succès. Horman fut finalement découvert dans une tombe du cimetière général de Santiago et le corps de Teruggi fut retrouvé sur la voie publique. Ils avaient tous les deux été cribblés de balles. Cette histoire est à l’origine du film
« Missing » par le cinéaste Costa Gravas .

Les organisations de défense des droits humains pensent que les services secrets étatsuniens sont impliqués dans le meurtre des deux journalistes : soit ils ont expliqué aux militaires chiliens où les trouver pour les éliminer, soit ils les ont éliminés eux-mêmes. Le juge Zepeda souhaite entendre l’ex agent secret Davis sur ce qu’il sait de ces assassinats.

Ajouter un commentaire ( 5 lectures )   |  permalien   |   ( 3 / 283 )
LUMI VIDELA : UN LIVRE en Italie sur sa mort 
jeudi 12 avril 2012, 08:27 PM
LUMI VIDELA : UN LIVRE EN ITALIE SUR SA MORT

L'ancien ambassadeur d'Italie au Chili, Emilio Barbarani , a publié fin mars 2012 aux éditions Mursia en Italie, le livre
"Chi ha ucciso Lumi Videla" (Qui a tué Lumi Videla ?).

Lumi Videla et son mari Sergio Pérez étaient des responsables du MIR (Mouvement de la gauche révolutionnaire, un parti d'opposition à la dictature). Le 4 novembre 1974, le corps dénudé de Lumi est jeté dans les jardins de l'ambassade d'Italie. Sergio est également exécuté.
Au moment du coup d'Etat de Pinochet, Barbarini était jeune consul d'Italie en Argentine. Il est dépéché rapidement à Santiago pour aider l'ambassade d'Italie à accueillir des dizaines de réfugiés. Mais, sans statut juridique au Chili, il est menacé par la junte et doit bientôt quitter le Chili. Il y reviendra avec le titre officiel d'ambassadeur en 1998.
Il vient d'écrire ce livre qui détaille l'histoire de Lumi Videla et de son assassinat.

En 2008, six membres de la DINA (police secrète de Pinochet) ont été condamnés pour ces assassinats dont son directeur, Manuel Contreras , et son tortionnaire principal, Miguel Krassnoff , à 10 ans pour la torture et la mort de Lumi Videla, et 5 ans pour celles de Sergio Pérez, peines confirmées par la Cour suprême l'année suivante.

(D'après un communiqué de l'agence ANSA publié par le journal La Nación à Santiago le 19 mars 2012.)

Ajouter un commentaire ( 5 lectures )   |  permalien   |   ( 3 / 289 )

<< <Précédent | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | Suivant> >>