Le blog de Jac Forton sur l'Amérique latine
NOUVEAU PRESIDENT de la Cour Suprême est partisan de l'amnistie 
jeudi 5 janvier 2012, 01:56 PM
Le nouveau président de la Cour suprême est partisan de l’amnistie

Avec 12 voix sur 18, le juge Ruben Ballesteros vient d’être nommé nouveau président de la Cour suprême du Chili. Ballesteros faisait partie de la Deuxième Chambre de la Cour suprême, qui examine de nombreux cas de violations des droits humains pendant la dictature de Pinochet.
L’Observatoire des Droits Humains de l’Université Diego Portales à Santiago a étudié le détail des positions du juge dans les verdicts de cette Chambre de la Cour : sur les 90 verdicts rendus, le juge Ballesteros a voté 85 fois en faveur des militaires en recommandant soit la prescription soit l’application de la loi d’amnistie dictée par Pinochet en 1978.
De plus, il a participé à au moins cinq conseils de guerre entre 1973 et 1976 qui tous ont condamné des militants de gauche à de lourdes peines dans le sud du Chili. Durant les procédures ouvertes par le juge Guzmán contre Pinochet (2001), Ballesteros s’est systématiquement opposé à ce que Pinochet soit mis en examen « en vertu de son état de santé »…

Ses dernières interventions :
- le 11 novembre 2011, alors que 4 membres de la Chambre avaient voté des peines de prison pour sept ex membres du Comando Conjunto (un escadron de la mort en 1974), Ballesteros a voté pour la prescription.
- le 31 décembre 2011, alors que la Chambre condamnait le colonel Mateo Durruty à 4 ans de prison avec sursis ( !) pour l’assassinat de l’ouvrier José Rodríguez, militant du MIR parce qu’il transportait des livres de Marx (sic), Ballesteros a voté pour appliquer la prescription.

Avec un président pareil, comment croire en l’indépendance de la justice ?


Ajouter un commentaire ( 13 lectures )   |  permalien   |   ( 3.1 / 740 )

<< <Précédent | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | Suivant> >>